La mésange bleue

La mésange bleue


Identification : plumage bleuté, vert oilve et jaune, joues blanches, calotte séparée du masque noir par une bande blanche, sexes identiques.

Nidification : nid dans un creux d'arbre ou de mur. Les parents le garnissent de mousse, d'herbe, puis de crins et de laine. Ponte en avril-mai, de 8 à 15 oeufs blancs tachetés de brun-rouge, incubation de 14 jours par la femelle. Les jeunes, nourris par les deux parents, s'envolent vers 19 jours.

Régime : insectes, larves, araignées, fruits, baies, graines, bourgeons...

 

Mésange bleue

Cyanistes caeruleus 11,5 cm

 

La mésange bleue est l'un de nos plus charmants oiseaux. C'est aux premiers beaux jours, lorsque le mâle s'élance en vol nuptial de la cime d'un arbre, ses ailes bleutées arrondies en parachute, que le plumage, poitrine jaune soufre et calotte azur, est le plus vif. La Mésange bleue se limite, encore plus que la mésange charbonnière, aux arbres à feuilles caduques, et évite toujours les forêts sombres de conifères. Dès février, la cavité du nid, qui est souvent très étroite, est choisie et défendue contre les autres Mésanges à coups de bec rageurs, calotte hérissée et voix stridente.

Silencieuse en été, surtout dans les pays méditerranéens où on ne les entend qu'au petit matin, les Mésanges bleues retrouvent toute leur vivacité en septembre. A cette époque, on signale souvent de grandes troupes de ces oiseaux. Ces migrations sont irrégulières selon les années et les secteurs géographiques touchés. Elles diminuent en hiver, temps de disette pour la Mésange, qui est surtout insectivore, et qui recherche alors avec acharnement les larves et nymphes cachées sous les écorces et sous les feuilles tombées. Elle fréquente à ce moment-là les étendues couvertes de roseaux, dont elle creuse les tiges jaunies pour en extraire les chysalides.