La caille des blés

La caille des blés


Identification : dessus brun-jaune, flammèches claires sur le dos et les flancs. Se distingue des jeunes Perdrix par la teinte générale plus jaune, les stries de la tête, l'absence de roux vif à la queue. Le mâle a le menton et le haut de la gorge noirs ou brun-roux, la femelle les raies de la tête estompées et la gorge claire.

Nidification : la femelle dégage un creux dans le sol parmi les herbes ou les céréales, le garnit de quelques herbes et s'occupe de tous les soins de la reproduction. Ponte en mai-juin de 7 à 12 oeufs ocre marbrés de brun; incubation pendant 16 à 21 jours, les poussins sont nidifuges, et leur aptitudes au vol commence dès l'âge de 11 ou 12 jours.

Régime : surtout graines et pousses de graminées sauvages, mais aussi chenilles, petits escargots et larves d'insectes.

 

Caille des blés

Coturnix coturnix 18 cm

 

 

De caractère à la fois sauvage et secret, la Caille, pourtant si populaire, reste une énigme pour l'ornithologue. Si vous voulez la voir, il vous faudra ruser et connaître ses habitudes. A la saison des nids, lorsque l'appel infatiguable des mâles retentit jour et nuit dans les champs, vous ne parviendrez qu'avec difficulté à localiser le chanteur: sa voix résonne, disent les chasseurs, à la manière de celle d'un ventriloque, et l'écho la fait paraître tantôt très proche, tantôt lointaine. Vous aurez plus de chance d'apercevoir la Caille avec un excellent chien d'arrêt, en saison de chasse, mais vous ne connaîtrez d'elle qu'une boule de plumes jaillissant en droite ligne dans un sifflement d'ailes invisibles tant elles battent vite. Aprés un vol bref, l'oiseau se posera dans la végétation.

La Caille ne retrouve qu'en été, au terme de ses mystérieuses migrations, les hautes herbes sauvages ou cultivées qu'elle affectionne. Ne dit-on pas qu'elle nicherait une première fois en Afrique du Nord, avant de venir s'installer chez nous pour une seconde nichée en été? L'automne entraîne jeune et adultes vers le sud.